Méfiez-vous des apparences, voici la toute nouvelle concurrente de Tesla et elle est russe !

Le constructeur russe Avtotor a récemment dévoilé la première voiture électrique du pays, baptisée Amber. Ce prototype soulève de nombreuses interrogations et fait l’objet de nombreux commentaires sur les réseaux sociaux, particulièrement à cause de son design.

Un look particulier qui divise

La Amber se distingue par un look atypique, qui suscite des réactions mitigées. Son design peut être qualifié de « douteux », ne laissant pas indifférent les internautes qui s’interrogent également sur ses performances face aux meilleures voitures électriques d’Europe ou de Chine.

Amber voiture électrique Russe
Amber voiture électrique Russe

A l'origine du projet Amber

Ce projet est issu de l’école polytechnique de Moscou, qui a conçu le véhicule suite à une demande d’Avtotor. Ce dernier possède des usines où étaient notamment produites des BMW, Kia et autres Ford, jusqu’à l’intervention en Ukraine.

L’objectif principal de l’Amber est de relancer ces usines avec un véhicule dont les éléments seraient majoritairement fabriqués en Russie, tout en réduisant au maximum la dépendance aux importations.

Révolutionnaire ou désastre ?

Si certains y voient une tentative de rivaliser avec les grands noms de l’industrie automobile et notamment la fameuse Tesla américaine, il semble que la route soit encore longue avant que l’Amber ne parvienne à les menacer.

La Russie subit en effet de nombreuses critiques et sanctions dues au conflit en Ukraine, ce qui n’aide pas l’essor du secteur automobile dans le pays.

Un contexte complexe pour l'industrie russe

  • La guerre en Ukraine a entraîné une détérioration des relations diplomatiques avec la communauté internationale.
  • Les principales victimes de ces tensions sont les industries nationales dont l’automobile fait partie.
  • Le poids des sanctions économiques rend difficile tout rebondissement pour les constructeurs russes.

Vers un futur électrique pour la Russie ?

Malgré ces obstacles, il est indéniable que l’Amber représente un tournant pour le marché russe. Ce prototype 100% électrique témoigne de la volonté du pays d’investir dans les énergies vertes.

Néanmoins, de nombreux défis restent à surmonter avant que cette voiture puisse être commercialisée et concurrencer ses homologues européennes ou asiatiques :

  • Améliorer le design : Le look actuel de l’Amber fait débat et risque de freiner les potentiels acheteurs.
  • Optimiser les performances : Peu d’informations ont été dévoilées sur les caractéristiques techniques du véhicule, mais il faudra rivaliser avec les géants de l’électromobilité pour s’imposer.
  • Surmonter les obstacles politiques : La situation diplomatique et économique de la Russie doit s’améliorer pour permettre un véritable développement du secteur automobile.

En conclusion, ce prototype ouvre une nouvelle voie pour l’industrie automobile russe. Cependant, il faudra plus que des annonces choc sur les réseaux sociaux pour propulser l’Avtotor Amber sur le devant de la scène internationale.

CE QU’IL FAUT RETENIR

La voiture électrique russe Amber, conçue par l’école polytechnique de Moscou pour Avtotor, fait débat de par son design atypique et son contexte de production. Ce prototype vise à relancer l’industrie automobile russe, affectée par les sanctions économiques liées au conflit en Ukraine. Bien que représentant un pas vers l’électromobilité en Russie, l’Amber doit faire face à des défis en termes de design, performances, et contexte politique, avant de pouvoir concurrencer les géants de l’industrie automobile.

Thomas PERRET
Thomas PERRET
Attentif aux dernières nouveautés automobiles et tourné vers l'écologie pour une mobilité plus responsable.