Renault veut tout révolutionner : IA et Metaverse pour une baisse drastique des coûts d'ici 2027!

Le marché de l’automobile a toujours été très concurrentiel, mais l’arrivée des Chinois et de Tesla dans la course à l’électrique oblige les constructeurs à revoir leur copie. Renault l’a bien compris et vient d’annoncer un virage essentiel dans sa stratégie de production. Objectif : atteindre 30% de réduction des coûts de production de ses véhicules thermiques et 50% pour sa gamme électrique.

D’ici 2027, tout va changer ou presque !

Jean-Dominique Senard, président du Conseil d’administration de Renault et patron de l’Alliance, le résume en une phrase : l’objectif du groupe est de fabriquer « en Europe des véhicules qui seront parfaitement compatibles avec la concurrence internationale ».

Les nouveaux modèles électriques présentés par les constructeurs chinois sont prometteurs et vont bouleverser les prix de vente d’ici peu. En parallèle, Tesla reste leader sur le segment des véhicules de luxe. Pour rester dans le match, Renault a annoncé le 7 décembre dernier un plan de transformation très ambitieux de son système industriel baptisé Re-Industry.

Son but : diminuer les coûts de production pour proposer une voiture abordable et compétitive sur le marché des véhicules électriques (VE) français. D’ici 2027, il espère réduire de moitié le coût de fabrication des modèles électriques.

Une entité spécifique a été créée dans ce but. Nommée Ampère, elle est dédiée à la production des VE du groupe.

Pour y parvenir, le programme Re-Industry promet une refonte totale des process. Avec l’aide du Metaverse et de l’intelligence artificielle, Renault compte agir sur plusieurs leviers :

  • Économie d’énergie
  • Diminution du temps de fabrication
  • Fabrication adaptée à la demande pour réduire les stocks
  • Limitation des pannes
  • Flexibilité des usines pour un meilleur rendement

Grâce à toutes ces améliorations, l’Alliance a déjà annoncé la sortie de sa Renault 5 E-Tech en 2025 pour 25 000€, et la Twingo électrique à 20 000€ en 2026. 

IA et Metaverse : des aides aux processus industriels

Ces deux formes de soutien sont complémentaires et font désormais partie intégrante des processus industriels. Petite explication de leur fonctionnement à l’échelle de Renault.

À l’heure actuelle, 12 000 équipements sont connectés dans les différentes usines du groupe à travers le monde.

Chaque minute, 2 millions de données sont envoyées dans le Metaverse. Leur analyse permet de déceler des problèmes existants, de prédire ceux à venir, d’anticiper des solutions d’améliorations. En 2023, le soutien du Metaverse aurait permis 270 millions deuros d’économie à Renault.

De son côté, l’IA (Intelligence Artificielle) n’est pas en reste. Elle intervient entre autres dans la fabrication des nouveaux véhicules. Pour l’instant, 300 applications d’IA sont installées sur les chaines de production ou dans les processus de création du groupe. D’ici 2025, elles seront 3000. Ces applications permettent l’analyse de sons et d’images pour améliorer les étapes de recherche et développement et optimiser les modes de fabrication. Avec son programme Software Defined Véhicle, l’Alliance espère réduire le temps de développement de ces nouveaux modèles de 3 à 2 ans.

Innovation Renault

Produire mieux et moins cher

L’un des apports du Metaverse est d’améliorer la maintenance prédictive.

Une ligne de production en arrêt parce qu’elle est en panne coûte très cher à Renault. Les prédire et les anticiper permet de gagner un temps de production non négligeable. Ainsi, la nouvelle Renault 5 devrait être assemblée en 9h au lieu de 12 à 14h actuellement. L’objectif : « produire du premier coup, plus vite et plus juste ».

Autre exemple, plutôt que de produire beaucoup de véhicules d’un même modèle, la fabrication est adaptée aux attentes du marché. Les besoins des clients sont analysés en permanence pour ne produire que ce qui est espéré et devrait réellement être vendu. Ceci évite des stocks inutiles, des pertes en cas d’invendus et tous les coûts de transports associés. L’IA permettra de réduire les délais de livraison de 60%, rendant plus adaptable l’adéquation de l’offre et la demande.

Cette adaptation au marché sera possible grâce à une meilleure flexibilité des usines. IA et Metaverse combinés offrent cette possibilité.

Plusieurs leviers interviennent ici. D’abord, la multiplication des pièces communes entre plusieurs véhicules. Puis le développement de « lignes flexibles », qui permettront à une même usine de développer plusieurs modèles.

Enfin, la conception des futurs véhicules de la marque sera délocalisée sur d’autres sites, spécialement dédiés. Aujourd’hui, la production est arrêtée parfois 6 jours sur 7 pour permettre le développement de ces nouveaux modèles.

Neutralité carbone en 2025

Autre objectif notable de Renault, tant pour réduire les coûts de production que pour répondre à une politique de fabrication plus vertueuse, la neutralité carbone sera atteinte en 2025 sur ses sites français.

Le pôle ElectriCity (Douai, Maubeuge et Ruitz) et le site de Cléon sont concernés.

Dès maintenant, l’IA lui offre une baisse de sa consommation énergétique de 20%. Elle sera de 40% en 2025 sur l’ensemble de ses usines.

En 2030, la neutralité carbone devrait être atteinte en Europe. En 2050, pour le reste de ses sites dans le monde.

Le Metaverse est à l’œuvre pour lutter contre les gâchis d’énergie au quotidien. Grâce à lui, un système « Stop&Start » a été installé sur les robots en attente sur les chaines de production. Ils ne s’allument que lorsqu’ils sont utilisés.

Toutes ces innovations doivent permettre à Renault de diminuer ses coûts industriels de 50% sur sa gamme électrique et 30% sur les véhicules thermiques d’ici 2027. Cette bonne nouvelle s’associe au développement de nouveaux débouchés avec des perspectives d’exportations en Amérique du Sud et en Turquie par exemple.

Cette optimisation des procédés, associé à une hausse des volumes produits, permettra de belles économies d’échelle, que le consommateur espère retrouver sur sa facture.

Agnès DURRANDE
Agnès DURRANDE
Spécialiste en contenu web automobile, je suis à l’affut des dernières nouveauté et innovations. J’ai à coeur de partager cette actualité et d’apporter des conseils dédiés aux jeunes conducteurs.