Caméras obligatoires dans les voitures dès cet été : mais qui est concerné par la mesure ?

Une nouvelle réglementation européenne obligerait bientôt l’installation des caméras de sécurité dans certaines catégories de véhicules. Dans cet article, nous examinons les contours de cette réglementation et expliquons quels véhicules sont concernés.

La nouvelle réglementation en Europe

Dès cet été, une nouvelle règle méconnue va entrer en vigueur pour les conducteurs de certains modèles de véhicules en Europe. La mise en place progressive des caméras de sécurité deviendra ainsi obligatoire pour ces automobiles, avec pour objectif de diminuer le nombre d’accidents sur les routes. Le projet découle notamment de l’objectif zéro décès sur les routes fixé par l’Union européenne pour 2050.

Règlement GSR2 : une mesure de sécurité routière controversée

La nouvelle réglementation, connue sous le nom de GSR2, prévoit l’introduction obligatoire de systèmes de détection de la distraction et de la fatigue du conducteur à partir du 7 juillet 2024. Cette mesure, cependant, suscite un débat car elle exige également la capture d’images des conducteurs à l’intérieur de leur véhicule. L’utilisation croissante des téléphones portables, des écrans de navigation sophistiqués et des tablettes numériques pendant la conduite accroît les risques d’accidents sur les routes. Pour contrer cette tendance alarmante, de nouvelles normes de sécurité routière, telles que le GSR2, sont en cours d’adoption au niveau européen.

Quels véhicules sont concernés ?

La réglementation GSR2 concerne principalement les nouveaux modèles de véhicules, parmi lesquels figurent :

  • Les voitures particulières (M1) homologuées à partir du 7 juillet 2024.
  • Les véhicules utilitaires légers (N1) homologués à partir du 7 juillet 2024.
  • Les véhicules utilitaires lourds (N2 et N3) homologués à partir du 7 juillet 2025.

Il est important de noter que cette réglementation ne s’appliquera pas aux véhicules déjà en circulation avant ces dates – seule la mise en place d’une mesure rétroactive pourrait éventuellement contraindre ces véhicules à se conformer à cette nouvelle norme.

Mise en œuvre graduelle des caméras de sécurité

L’introduction progressive des caméras de sécurité permettra aux constructeurs automobiles de s’adapter à cette nouvelle réglementation. Dans un premier temps, seuls les nouveaux modèles de véhicules seront concernés, mais il est fort probable que tous les véhicules devront être équipés de ces dispositifs à terme pour circuler en toute légalité sur les routes européennes. Cette mesure incitative encourage également les conducteurs à adopter une conduite plus sûre et respectueuse des règles. En effet, la présence de caméras dans le véhicule incitera davantage les automobilistes à adopter un comportement responsable au volant, dans la mesure où ils doivent se montrer vigilants et attentifs pour éviter d’être filmés en cas de distraction ou de fatigue.

L'impact sur les conducteurs et les constructeurs automobiles

La mise en place de cette réglementation aura des conséquences directes tant pour les automobilistes que pour les constructeurs automobiles. Les caméras de sécurité représenteront un coût supplémentaire pour les utilisateurs lors de l’achat de leur véhicule. Cependant, les bénéfices en matière de sécurité routière et de prévention des accidents pourront compenser ces coûts à long terme. Quant aux constructeurs, ils devront s’assurer que leurs nouveaux modèles de véhicules sont équipés des systèmes de détection de distraction et de fatigue du conducteur, conformément à la réglementation GSR2. Ceci implique également le développement de technologies avancées permettant le bon fonctionnement de ces dispositifs. La nouvelle réglementation européenne concernant l’installation obligatoire de caméras de sécurité dans certains véhicules a pour objectif ultime d’accroître la sécurité sur les routes et de réduire le nombre d’accidents causés par des conducteurs distraits ou fatigués. Bien que cette mesure puisse susciter une controverse en raison de la capture d’images à l’intérieur du véhicule, il est indéniable que l’amélioration de la sécurité routière et la promotion d’une conduite plus responsable constituent des priorités cruciales pour le bien-être de tous les usagers de la route.

CE QU’IL FAUT RETENIR
À partir du 7 juillet 2024, les nouveaux modèles de voitures particulières (M1) et de véhicules utilitaires légers (N1) devront intégrer des systèmes de détection de la distraction et de la fatigue du conducteur, selon la réglementation GSR2 de l’UE. Les véhicules utilitaires lourds (N2 et N3) suivront le 7 juillet 2025.
Lucas MOUSSEAU
Lucas MOUSSEAU
Passionné par l'automobile et l'éducation routière, je partage des actualités et des astuces pour les jeunes conducteurs.

Abonnez-vous à notre newsletter pour :

  • Être informé des concours et cadeaux à gagner,
  • Avoir accès à des offres exclusives,
  • Ne pas rater les dernières nouveautés !

Dans le même thème :

Compare +30 devis d'assurances auto en seulement 3 minutes

800.000 jeunes roulent sans assurance
10 ans de prison + 3750€ pour défaut d’assurance

🏆 JEU CONCOURS

🎁 À gagner : 

1 tour de circuit en Ferrari 🏎️, d’une valeur de 100 € ! ✨

Concours Ferrari Circuit