Mauvais pour Tesla, bon pour BMW : voici la nouvelle liste d'éligibilité du bonus écologique 2024 !

Annoncée en mai dernier par le Président de la République, la réforme du bonus écologique entrera en vigueur dès 2024. La liste officielle des véhicules électriques éligibles a été publiée et elle exclut désormais les productions chinoises.

Le nouveau bonus écologique 2024 : qu'est-ce qui change ?

Le décret et l’arrêté ministériel qui en définissent les nouveaux contours sont parus au Journal Officiel le 20 septembre 2023. Les critères pour pouvoir bénéficier d’une aide de l’Etat à l’achat d’un véhicule électrique neuf deviennent plus stricts :

  • Type de batterie embarquée
  • Matériaux utilisés pour la conception
  • Empreinte énergétique de l’usine
  • Impact environnemental de l’éventuel acheminement sur notre territoire

Ces nouvelles exigences visent à favoriser les modèles produits en Europe comme les futures Renault et à exclure les constructeurs chinois du dispositif. La liste des voitures électriques éligibles au bonus écologique a été mise à jour en conséquence.

Les véhicules éligibles au bonus écologique 2024

Publiée le 14 décembre 2023, la liste complète des voitures électriques éligibles au bonus écologique en 2024 reflète la nouvelle orientation du gouvernement. Les modèles européens sont les principaux bénéficiaires de cette mesure, alors que les productions chinoises sont désormais exclues. On peut citer la modèle 3 de Tesla qui ne sera plus éligible et va donc « augmenter » de 8000 euros ou au contraire la BMW I4 qui devrait être bien avantagée.

BMW i4

Les critères d'éligibilité

Pour être éligible au bonus écologique, un véhicule doit répondre aux critères suivants :

  • Être produit en Europe
  • Respecter les normes environnementales définies par le gouvernement
  • Disposer d’une batterie répondant aux exigences en matière de performance et d’impact écologique

Le bonus-malus écologique prendra en compte ces nouvelles conditions pour attribuer des primes à l’achat d’un véhicule électrique neuf, d’une valeur de 5 000 euros ou de 7 000 euros pour les ménages les plus modestes.

La sortie des productions chinoises

En excluant les productions chinoises du dispositif du bonus écologique, le gouvernement français souhaite favoriser les constructeurs automobiles européens et soutenir l’industrie locale. De plus, cela permet de lutter contre les importations massives de véhicules produits dans des conditions moins respectueuses de l’environnement.

Les constructeurs chinois ont manifesté leur mécontentement face à cette décision, estimant qu’elle nuit à la concurrence et va à l’encontre des objectifs de réduction des émissions de CO2 promus par l’Union européenne.

Les réactions du secteur automobile

Si les constructeurs automobiles européens se réjouissent de cette nouvelle mesure, d’autres voix s’élèvent pour dénoncer une décision protectionniste. Selon certains experts, l’exclusion des productions chinoises pourrait entraîner une hausse des prix des véhicules électriques et freiner leur adoption par les consommateurs français.

Cependant, le gouvernement maintient sa position et considère que cette réforme est un moyen d’encourager un développement plus durable de la mobilité électrique en France tout en soutenant l’économie locale.

La réforme du bonus écologique 2024 marque un tournant dans la politique française en matière de mobilité électrique. Les nouveaux critères favorisent clairement les modèles produits en Europe et excluent les productions chinoises. Malgré les critiques, il apparaît que cette décision répond aux objectifs de soutien à l’industrie européenne et de promotion d’une mobilité plus respectueuse de l’environnement.

CE QU’IL FAUT RETENIR

Dès 2024, le bonus écologique en France connaîtra des changements majeurs, notamment l’exclusion des véhicules électriques chinois du dispositif d’aide à l’achat. Les nouveaux critères pour bénéficier du bonus incluent le type de batterie, les matériaux utilisés, l’empreinte énergétique de la production et l’impact environnemental de l’acheminement. Cette réforme vise à promouvoir les modèles produits en Europe et à favoriser un développement plus durable de la mobilité électrique, tout en soutenant l’industrie locale.

Thomas PERRET
Thomas PERRET
Attentif aux dernières nouveautés automobiles et tourné vers l'écologie pour une mobilité plus responsable.