Mauvais signe pour les motards : le contrôle technique des deux roues bientôt obligatoire ?

La France s’apprête à vivre une révolution concernant les deux et trois roues avec l’annonce officielle du contrôle technique obligatoire des motos et scooters. L’arrêté paru au Journal Officiel (JO) le 24 octobre 2023 fixe les règles et détails de cette mesure tant redoutée par certains motards, mais attendue avec impatience par d’autres. Une réglementation qui vise à assurer la sécurité et la conformité des véhicules, mais qui suscite toujours des débats passionnés.  

Une décennie d'attente : la France se conforme à une directive européenne de 2014

Alors que la France se conforme enfin à une directive européenne vieille de près d’une décennie, le contrôle technique des motos et scooters s’annonce comme une étape incontournable pour garantir la sécurité sur les routes

Le compte à rebours est lancé : calendrier et échéances du contrôle technique pour les motards

Dès le 15 avril 2024, les propriétaires de deux-roues immatriculés avant 2017 seront les premiers à devoir passer par la case contrôle technique. Une mise en œuvre progressive qui s’étalera jusqu’en 2026, selon l’âge des véhicules. 

Ce calendrier détaillé permet aux motards de se préparer à cette nouvelle obligation.

Véhicule Échéance du premier contrôle technique moto
Mis en circulation avant le 15 avril 2023 Entre le 15 avril 2024 et le 14 août 2024
Mis en circulation après le 15 avril 2023 Dans les 4 mois suivant la date anniversaire de la première mise en circulation (limite : le 31 décembre 2024)
Immatriculé en 2017, 2018 ou 2019 Dans les 4 mois suivant la date anniversaire de la première mise en circulation (limite : 31 décembre 2025)
Immatriculé en 2020 ou 2021 Dans les 4 mois suivant la date anniversaire de la première mise en circulation (limite : 31 décembre 2026)
Immatriculé à partir de 2022 Dans les 6 mois avant le cinquième anniversaire de la première mise en circulation

Coût et modalités : tout savoir sur le contrôle technique moto

Le ministre délégué aux Transports, Clément Beaune, avait annoncé un coût avoisinant les 50 euros pour le contrôle technique des motos et scooters. Une mesure qui sera échelonnée jusqu’au 1ᵉʳ janvier 2027 pour éviter la saturation des centres techniques. 

La nouvelle formation obligatoire pour les contrôleurs techniques (théorique et pratique) d’une durée de 33 heures sera à terminer d’ici le 14 avril 2025. Mais ce qui inquiète le plus les motards, c’est que la vérification du véhicule devra se faire avec le moins de manipulation possible, sans monter dessus. Les contrôleurs ne seront pas tenus d’avoir un permis A2 ou A, similairement au contrôle technique des véhicules légers (VL) et poids lourds (PL), bien que de nombreux professionnels possèdent déjà cette qualification.

Quels véhicules seront concernés par le contrôle technique des deux-roues en 2024 ?

La liste des véhicules soumis au contrôle technique englobe les : 

  • cyclomoteurs ;  
  • scooters ; 
  • motos deux-roues ;
  • tricycles à moteur, trois-roues ;
  • quads légers (L6) et lourds avec différentiel arrière (L7) ;
  • quadricycles : voitures sans permis et autres voiturettes (425 kg max) avec une vitesse limitée à 45 km/h, quadricycles lourds destinés au transport de marchandises (600 kg max) ou de personnes (425 kg max) pouvant rouler jusqu’à 90 km/h.

Sont exempts de contrôle technique les :

  • tracteurs agricoles (T1 et T3) ;
  • véhicules de collection immatriculés avant le 1ᵉʳ janvier 1960 ;
  • motos de compétition sportive, telles que l’enduro ou le trial, ainsi que les machines non homologuées pour la route, comme les motos de pistes nécessitant d’être titulaire d’une licence de la Fédération française de motocyclisme.

Quels seront les aspects examinés lors du contrôle technique des deux-roues en 2024 ?

Pendant l’opération, le technicien qualifié doit visuellement inspecter neuf catégories de points, comprenant : 

  • l’identification du véhicule ; 
  • les équipements de freinage ; 
  • la direction ;
  • la visibilité ;
  • les feux et équipements électriques ;
  • les essieux ;
  • les roues ;
  • la suspension ;
  • le châssis et ses accessoires ;
  • d’autres équipements (ceintures de sécurité, avertisseur sonore, etc.) ; 
  • les dispositifs de réduction des nuisances (fuites d’échappement, fixation défaillante, etc.) les émissions sonores (bruit excessif). 

La réaction mitigée des motards face à cette mesure

La mise en place du contrôle technique des deux-roues en France à partir d’avril 2024 suscite un débat passionné. Les partisans soulignent la nécessité de garantir la sécurité, malgré les accusations de “racket d’État”. 

De nombreux motards s’y opposent, estimant qu’ils assurent déjà l’entretien de leurs engins. Le débat souligne des préoccupations sur l’efficacité du contrôle, le bruit des deux-roues et la qualification des techniciens. Les opinions divergent donc sur la nécessité réelle de cette mesure et ses implications financières. Les motards devront s’adapter à cette nouvelle réalité qui vise à renforcer les normes de sécurité des deux-roues.

CE QU’IL FAUT RETENIR

À partir d’avril 2024, la France imposera un contrôle technique obligatoire pour les motos, scooters, et certains quadricycles, conformément à une directive européenne de 2014. Ce contrôle, qui a pour but d’améliorer la sécurité routière, concernera les véhicules en fonction de leur année d’immatriculation et coûtera environ 50 euros. Les inspections porteront sur divers aspects techniques, notamment les équipements de freinage et la suspension. Cette mesure suscite des avis partagés parmi les motards, certains la voyant comme une garantie de sécurité, d’autres comme une charge financière inutile.

Virginia BLANCO
Virginia BLANCO
Rédactrice web spécialisée en automobile, j'aime partager l'actualité et des astuces pour faciliter la vie des jeunes conducteurs.