Les nouveaux radars urbains commencent déjà à verbaliser, ça va coûter cher !

Radar urbain caché

En expérimentation depuis plus de deux ans, la phase test est terminée. Les nouveaux radars urbains sont désormais opérationnels. Depuis le 16 janvier 2024, ils flashent et verbalisent réellement.

Des bijoux de technologie : jusqu’à 126 véhicules sur 5 voies simultanément

Ces nouveaux radars urbains, comme leur nom l’indique, sont installés en ville. Ils se présentent sous la forme d’un petit boitier, installé en haut des lampadaires. De taille modeste, ils emportent avec eux un concentré de technologie. Ils sont capables de flasher 126 véhicules en même temps, sur cinq voies, jusqu’à 100 m de distance, de manière indétectable de jour comme de nuit.

Même s’ils ne sont pas (encore) homologués pour, ils savent aussi repérer le non-port de la ceinture de sécurité ou l’usage d’un téléphone au volant.

Le principe du leurre : efficacité et économie

Sur tous les boîtiers installés, seulement un sur cinq sera réellement équipé d’un radar. Tous les autres seront vides, mais il sera impossible de le savoir.

De manière régulière, les « vrais » radars seront déplacés pour entretenir la confusion.

Ce système obligera l’automobiliste à la prudence en toute circonstance, car il ne saura pas quel boitier craindre.

L’idée est habile. Une boite vide coûte bien moins cher qu’un radar dernier cri, mais son aspect dissuasif reste le même.

L’amende que recevra l’automobiliste sera bien réelle par contre. Pour un feu rouge, il en coûte 4 points et 135€ d’amende. L’amende pour excès de vitesse fluctue en fonction de l’infraction.

Ils seront tous annoncés par un petit panneau, de 50 cm de côté, qui renforcera le leurre.

Un déploiement progressif

Les expérimentations ont été menées sur le Territoire de Belfort, autour de Sochaux-Montbéliard, à Toulouse et à Marseille. Ces villes restent donc pionnières pour passer à la phase active des radars.

D’autres vont suivre rapidement dans la Haute-Garonne ou l’Hérault par exemple.

Jusque là, l’État était responsable de l’installation et du financement des radars sur le territoire. Mais le projet de loi de finances 2024 semble envisager un autre scénario. Si les décrets d’application, qui ne sont pas publiés, le confirment, cette charge serait transférée aux collectivités territoriales. Toutefois, l’avis favorable de la commission départementale de la sécurité serait nécessaire pour confirmer leurs lieux d’implantation.

Radar urbain
CE QU’IL FAUT RETENIR
Depuis le 16 janvier 2024, les nouveaux radars urbains, capables de flasher jusqu’à 126 véhicules simultanément sur cinq voies, sont opérationnels et commencent à verbaliser en ville. Installés sur les lampadaires, ces radars ultra-modernes alternent entre appareils actifs et leurres pour renforcer la prudence des automobilistes. Initialement expérimentés dans certaines villes, leur déploiement va s’étendre progressivement, avec une possible responsabilité des collectivités territoriales dans leur installation et financement.
Agnès DURRANDE
Agnès DURRANDE
Spécialiste en contenu web automobile, je suis à l’affut des dernières nouveauté et innovations. J’ai à coeur de partager cette actualité et d’apporter des conseils dédiés aux jeunes conducteurs.

Abonnez-vous à notre newsletter pour :

  • Être informé des concours et cadeaux à gagner,
  • Avoir accès à des offres exclusives,
  • Ne pas rater les dernières nouveautés !

Dans le même thème :

Compare +30 devis d'assurances auto en seulement 3 minutes

800.000 jeunes roulent sans assurance
10 ans de prison + 3750€ pour défaut d’assurance

🏆 JEU CONCOURS

C’est terminé pour l’instant 😔

Revenez plus tard pour tenter de gagner un prix ! ✨